fbpx

Les probiotiques, bons ou mauvais ?

probiotiques-intestin-irritable
L'industrie pharmaceutique et agroalimentaire s'en est donné à cœur joie et ces dernières années de nombreux probiotiques ont été mis sur le marché : yaourts, fromage, compléments alimentaires… Même si beaucoup d'entre eux sont parfaitement inutiles, ils seraient aujourd'hui le remède miracle à bon nombre de maux et de pathologies, alors, qu'en est-il vraiment ?

Table des matières

Les probiotiques, qu’est-ce que c’est ?

Ce sont des micro-organismes vivants constituant le microbiote intestinal, ainsi que la flore buccale et vaginale. Ils permettent de combattre les bactéries nuisibles à notre bonne santé et nous évitent de multiples maux (mauvaise digestion, dépression, anxiété, maladie auto-immune fatigue, diarrhée, constipation, infection urinaire, vaginite…).

La prise de certains probiotiques sous forme de compléments lorsqu’ils sont consommés en quantités adéquates, sont censés produire des effets bénéfiques pour la santé de l’hôte. Mais qu’en est-il vraiment ?

Comment les probiotiques contribuent-ils à l’équilibre de notre microbiote intestinal ?

On en entend parler de plus en plus, mais savez-vous vraiment ce qu’est le microbiote ?

Quel est le rôle du microbiote ? 

Notre microbiote intestinal, anciennement appelé flore intestinale, est un ensemble de micro-organismes (archées, bactéries, fungi et aussi virus). Il ne s’agit pas uniquement de bactéries intestinales, mais celles de tout le système gastro-intestinal (estomac, selles).

Ce microbiote constitue le plus grand réservoir du microbiote de l’organisme humain et pèse environ 2 kilos. Cet ensemble de bactéries forme un équilibre nous permettant de rester en bonne santé.

Comment les probiotiques agissent-ils sur le microbiote intestinal ? 

L’exemple qui suit est volontairement vulgarisé pour permettre au plus grand nombre de comprendre l’effet et l’intérêt d’une cure de probiotiques sur le microbiote.

Nous pouvons par exemple imaginer qu’une personne a un type de bonnes bactéries, mais en nombre insuffisant dans son microbiote. Malheureusement, ces bonnes bactéries permettent de combattre d’autres bactéries qui, en nombre trop élevé, peuvent favoriser le développement d’une maladie ; si ce même hôte prend un probiotique contenant cette bonne bactérie en nombre suffisant, il aura les armes nécessaires pour combattre le déséquilibre et pourra guérir.

Voici grossièrement l’un des exemples de l’intérêt d’une cure en probiotiques. En réalité, les actions des micro-organismes dans le corps sont bien plus complexes et de nombreux facteurs entrent en compte.

Quels sont les caractéristiques d’un microbiote équilibré ? 

Quels sont les caractéristiques d’un microbiote déséquilibré ? 

Si votre microbiote est déséquilibré, divers symptômes et pathologies apparaîtront, vous serez alors atteint de ce que l’on appelle une dysbiose. C’est dans ce cas bien précis qu’une cure de probiotiques a un intérêt. Cet article traite, plus bas, de la dysbiose.

Des personnes ayant un microbiote équilibré et réalisant une cure de probiotiques ont une possibilité de faire survenir une dysbiose intestinale.

Diminuez vos symptômes digestifs en 6 semaines

Quelle est la différence entre probiotiques et prébiotiques ?

On confond souvent les prébiotiques et probiotiques. Pourtant, ils n’ont pas la même utilité.

Qu’est-ce qu’un prébiotique ?

Contrairement aux probiotiques, ce ne sont pas des bactéries vivantes, mais des fibres végétales que nous ne digérerons pas et qui nourrissent les bonnes bactéries de nos intestins. On peut donc dire qu’ils sont complémentaires. D’un côté, les probiotiques permettent de maintenir l’équilibre du microbiote et de l’autre, les prébiotiques nourrissent ces mêmes probiotiques. Les deux sont donc indissociables et pour maximiser leurs effets, ils doivent être de préférence consommés ensemble.

Dans quels aliments trouve-t-on les prébiotiques ?

Les prébiotiques sont présents principalement dans les céréales dites complètes, les légumes, les fruits frais et les légumineuses. Ils se divisent en deux catégories :

  • les fibres solubles ;
  • les fibres insolubles.

Dans quels aliments trouve-t-on des probiotiques ?

Vous trouvez ci-dessous une liste non exhaustive des aliments dans lesquelles on trouve des probiotiques, à savoir qu’ils sont principalement présents dans les aliments fermentés. Si vous souhaitez réaliser un cure de probiotiques, il peut vous être recommandé de consommer les produits suivants : 

  • les produits laitiers : fromages, lait kéfir, lassi, yaourts, lait Ribot ;
  • la levure de bière active ;
  • les fromages persillés : bleu, roquefort, fourme… ;
  • les fromages avec croûtes : camembert, brie, Sainte-maure-de-Touraine ;
  • le pain au levain ;
  • les olives, cornichons, pickles… ;
  • le poisson fermenté ;
  • la choucroute crue ;
  • les dérivés du soja : shoyu, tamari, miso, tempeh, natty ;
  • et enfin dans les compléments vendus sous forme de capsules.

À noter que certains procédés de conservation tuent les probiotiques, c’est le cas de la pasteurisation, de la stérilisation, du traitement à haute pression (HPP). Moins un aliment est transformé, plus il contiendra de probiotiques.

Selon le microbiologiste et nutritionniste britannique Glenn Gibson, la majorité des probiotiques et autres types de bactéries sont détruits par l’acide gastrique. Seules certaines souches plus résistantes parviennent intactes dans l’intestin. Dans ce cas, si vous souhaitez réaliser un cure de probiotiques les aliments pré-cités devront être consommés d’une façon bien précise.

Quels sont les bienfaits des probiotiques et pourquoi en prendre ?

Consommés de manière intelligente et sérieuse, les probiotiques permettent d’équilibrer le microbiote et d’éviter de nombreuses pathologies comme de multiples études l’ont démontré. Voici une liste des effets bénéfiques qu’une cure de probiotiques peut apporter :

  • réduction de la fatigue ;
  • régulation du transit ;
  • réduction des ballonnements ;
  • renforcement du système immunitaire ;
  • réduction des inflammations ;
  • réduction de la fatigue (chronique) ;
  • aide pour combattre les pathologies intestinales (syndrome de l’intestin irritable, le syndrome de l’intestin perméable, la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, les ulcères, la dysenterie…) ;
  • aide à la perte de poids ;
  • aide dans le traitement de nombreuses pathologies.
  • aide pour réduire les excès de sucre (diabète) et des mauvaises graisses (cholestérol) ;

Quels probiotiques pour l’intestin irritable ?

De très nombreuses études démontrent que les probiotiques peuvent avoir des effets positifs sur des personnes atteintes du syndrome de l’intestin irritable. Cependant, il ne faut pas oublier qu’avant de réaliser une cure de probiotiques, il faut tout d’abord adopter un régime alimentaire adapté, cela ne sert à rien de consommer des probiotiques si votre alimentation est ­déséquilibrée (trop de produits gras, transformés, sucrés).

Si vous voulez en savoir plus sur le type d’alimentation à adopter pour la prise en charge de l’intestin irritable, lisez notre article ce sujet : Soulager son côlon irritable et détecter ses intolérances avec l’alimentation pauvre en FODMAP’s

Dans le cas de la colopathie fonctionnelle, la cure de probiotiques est un atout de poids pour vous aider à diminuer vos symptômes notamment en :

  • diminuant la fréquence et l’intensité des douleurs abdominales ;
  • diminuant les ballonnements et les flatulences ;
  • diminuant les constipations et les diarrhées ;
  • régulant le transit.

Les résultats les plus positifs pour traiter le syndrome de l’intestin irritable ont été observés avec les souches suivantes  :

Nous pouvons citer en plus les probiotiques suivants :

Le probiotique ayant obtenu les meilleurs résultats pour soulager les troubles liés au syndrome de l’intestin irritable est le «  Bifidobacterium infantis 35624® ». À noter que ce probiotique est recommandé par la SNFGE (Société nationale française de gastro-entérologie) et la WGO (World Gastroenterology Organisation). La recommandation est même assortie de la qualification « avec un haut niveau de preuve » par l’organisation mondiale. Cette souche est donc à privilégier si vous souffrez du côlon irritable.

Quels sont les meilleurs probiotiques et pour quelles pathologies ?

Quels probiotiques pour le surpoids et l’obésité ?

Pour les problèmes d’obésité, il n’existe pas de médicaments miracles, une bonne alimentation et une bonne hygiène de vie sont nécessaires au maintien d’un poids de forme. Cependant, des études1 ont démontré que certaines souches de probiotiques peuvent aider contre le surpoids en diminuant votre masse corporelle, grâce à une réduction de la graisse abdominale et du tour de taille.

La meilleure souche qui a été identifié est la lactobacillus gasseri. La lactobacillus gasseri est une espèce de bactérie lactique de la famille des lactobacillaceae. Ces micro-organismes sont présents dans tous les produits fermentés ainsi que dans certains végétaux.

Quels sont les bienfaits de la lactobacillus gasseri ? 

Cette souche permet entre autres de :

  • réduire les graisses abdominales ;
  • restaurer et entretenir le microbiote intestinal ;
  • faciliter la digestion ;
  • renforcer le système immunitaire ;
  • améliorer le métabolisme ;
  • éliminer les graisses et le lactose ;
  • prévenir des complications de déséquilibre du microbiote intestinal liées à la prise d’antibiotiques ;.
  • lutter contre les ulcères.

Une cure de probiotiques avec pour souche la lactobacillus gasseri, accompagnée d’une alimentation saine et d’une activité sportive peut vous aider contre le surpoids et l’obésité.

Quels probiotiques pour la constipation chronique ?

Certaines études2 montrent que dans le cas de constipation chronique, certains probiotiques peuvent avoir des effets bénéfiques, parmi eux les trois suivants :

Ceux-ci amélioreraient la consistance des selles et leur fréquence chez l’adulte. Néanmoins, selon une autre étude, les résultats seraient encore insuffisants et ces traitements devraient être utilisés de façon expérimentale.

Quels probiotiques pour la diarrhée chronique ?

La diarrhée peut survenir à la suite de différents problèmes. Elles peuvent varier en fonction de chacun, et la cure de probiotiques à consommer sera différente.

1. La diarrhée post antibiotique

« Les antibiotiques, ce n’est pas automatique », on l’entend souvent cette phrase et pour cause ! Les antibiotiques ont comme mécanisme d’action de s’attaquer aux bactéries responsables de certaines maladies. Cependant, leur(s) spectre(s) d’action peuvent être plus ou moins larges et lorsqu’ils sont ingérés, ils ne font pas la différence entre les bonnes et les mauvaises bactéries.

En tuant nos bonnes bactéries, celles qui nous aident (digestion, défense immunitaire, bon fonctionnement du transit intestinal), l’antibiotique va créer une dysbiose, ce qui aura pour effet d’engendrer de nouveaux maux.

Voilà pourquoi il est possible d’avoir des diarrhées chroniques suite à la prise d’un antibiotique.

Pour ce type de diarrhée, il est conseillé de réaliser une cure de probiotiques avec les souches suivants :

2. La diarrhée du voyageur ou turista

La diarrhée du voyageur, appelée également tourista ou encore turista, est une gastro-entérite aiguë qui se manifeste par une diarrhée associée à des symptômes tels que la fatigue, des douleurs et crampes abdominales, des nausées, des vomissements ou encore des malaises. Elle survient chez les voyageurs à destination d’un pays à faible niveau d’hygiène alimentaire ou hydrique. En moyenne, un vacancier sur trois peut souffrir de cette infection.

Il est possible de soigner cette infection en partie grâce à une cure de certains probiotiques, comme le démontre une étude3. Les probiotiques à prendre sont :

  • Saccharomyces boulardii ;
  • Lactobacillus acidophilus ;
  • Bifidobacterium bifidum.

Quels probiotiques pour les ulcères et cancer de l’estomac ? 

On estime aujourd’hui qu’environ 50 % de la population mondiale serait affectée par la bactérie Helicobacter pylori. Celle-ci est l’une des principales causes d’ulcères et provoque des centaines de milliers de cancers chaque année. Cette infection passe souvent inaperçue et peut persister pendant des années sans signe apparent. Helicobacter pylori se transmet de façon interhumaine et se fait, soit par voie orale soit par les selles, et provoque les symptômes suivants :

  • Maux d’estomac récurrents ;
  • Ulcères ;
  • Inconfort gastrique et/ou pesanteur digestive.

Des recherches scientifiques4 récentes ont permis de mettre en avant l’efficacité d’une souche de probiotiques pour aider à la destruction de cette bactérie, cette souche est le lactobacillus reuteri.

En cas de doute et/ou d’ulcères répétés, vous pouvez demander un diagnostic à votre médecin pour savoir si vous êtes atteint de cette bactérie. Nous vous déconseillons de pratiquer l’automédication pour ce type de pathologie !

Peut-on prévenir l’eczéma (dermatite atopique) grâce aux probiotiques ? 

L’eczéma est une affection inflammatoire cutanée, non contagieuse qui touche environ 5% des personnes en France. Ces personnes ont un microbiote intestinal différent et peuvent aussi être atteintes d’inflammations intestinales. Le rééquilibrage du microbiote est donc nécessaire pour venir à bout de cette infection, d’où l’intérêt de réaliser une cure de probiotiques.

Plusieurs études ont démontré l’efficacité de la souche lactobacillus rhamnosus dans le traitement de l’eczéma.

Comment les industries pharmaceutiques et agroalimentaires se sont-elles lancées sur le marché des probiotiques ?

Le marché des probiotiques est bien moins réglementé que celui des médicaments en général, le côté naturel des probiotiques laisse à penser qu’ils sont forcément bons pour la santé et sans risque. Depuis quelques années, ils sont plébiscités par l’industrie agroalimentaire qui en ajoute dans certains de nos aliments, et les laboratoires en vendent de plus en plus. Par ailleurs un grand nombre d’études sur les bienfaits de certains probiotiques sont financées par les groupes qui nous les vantent.

Bifidus actif, Activia, Actimel

Pendant des années, des sociétés comme Danone ou Nestlé ont surfé sur la vague bien-être des supposés bienfaits des cures de probiotiques présents dans leurs produits. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) n’a pas été de cet avis et a estimé les messages de santé de Danone non valables. Danone, préférant éviter une mauvaise publicité, a retiré ses demandes de labélisation santé auprès de l ’EFSA. Le groupe a finalement abandonné toute communication scientifique en Europe sur les bienfaits de ses produits.

Les études scientifiques prouvant les soi-disant bienfaits des probiotiques présents dans les produits Danone étaient elle-même financée par Danone. Dannon, filiale américaine de Danone, a finalement versé 21 millions de dollars aux 39 États américains impliqués dans les poursuites concernant les publicités mensongères du groupe.

Les probiotiques de certains yaourts favorisent l’obésité

Plus inquiétants, les probiotiques utilisés dans certains produits alimentaires favoriseraient l’obésité. Il s’agit de certaines souches de type lactobacillus. Ces mêmes souches sont utilisées depuis de nombreuses années dans l’industrie de l’élevage pour faire grossir les animaux plus rapidement.

« En donnant, lors d’une expérience, du Lactobacillus ingluvei à des poulets, j’avais été frappé par l’augmentation spectaculaire de leur taille, et je m’étais interrogé sur le lien possible entre l’épidémie d’obésité actuelle, qui frappe notamment les enfants, et le rôle -même partiel- d’un certain nombre de ces probiotiques», Didier Raoult, professeur de microbiologie à l’hôpital de la Timone (Marseille), dans une tribune publiée par Le Point

À noter que de nombreuses études ont démontré le lien entre le déséquilibre du microbiote et l’obésité. Et si les produits alimentaires de ce type favorisaient justement ce déséquilibre ?

Quelle est la problématique majeure d’une cure de probiotiques ? 

Que les probiotiques soient consommés sous forme de yaourts, de poudre ou de gélules, un problème majeur se pose.

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants et ces micro-organismes passent dans l’estomac avant de rejoindre l’intestin, c’est-à-dire l’endroit où ils sont censés agir. Problème : pour être efficaces, ils doivent rejoindre l’intestin vivants ! Mais les sucs gastriques présents dans l’estomac tuent la grande majorité de ces bonnes bactéries vivantes.

Certains probiotiques plus résistants que d’autres arriveront à passer tant bien que mal cette acidité. Selon le microbiologiste et nutritionniste britannique Glenn Gibson, seuls les lactobacillus et les bifidobacteria peuvent survivre à l’acide gastrique, et encore faut-il les prendre en quantité suffisante.

La prise de probiotiques doit donc respecter certaines règles si vous voulez qu’ils aient une réelle efficacité autre qu’un simple effet placebo. Voyons ensemble comment ils doivent être consommés.

Quand prendre des probiotiques ?

Voici quelques conseils à respecter si vous désirez que votre cure de probiotiques ait un réel effet sur votre microbiote.

  • Prendre les probiotiques l’estomac vide ou au moins 30 minutes avant les repas : lorsque l’estomac est vide, il n’y a pas de fabrication d’acide gastrique donc, plus de chance de survie pour la souche avalée ;
  • Prendre du bicarbonate de soude : ce produit qui est aussi très utile pour calmer les remontées acides, permet de neutraliser l’acidité de l’estomac. Prendre les probiotiques en même temps qu’une petite dose de bicarbonate de soude augmentera considérablement les chances de survie des probiotiques ;
  • Consommer des probiotiques sous enrobage entérique : cette capsule est faite pour résister à l’acidité de l’estomac, son contenu est donc protégé. Les micro-organismes survivront à l’acidité de l’estomac et seront libérés vivants dans l’intestin. Cette solution est la plus simple et la plus sûre en ce qui concerne la prise de probiotiques. En bref, si vous prenez des probiotiques sous une autre forme qu’alimentaire, choisissez les capsules entériques ;
  • Mettre en place une stratégie de traitement : la prise de probiotiques n’est pas anodine, ce n’est pas de l’homéopathie. Si vous optez pour ce genre de traitement, vous devrez définir un programme strict. Il serait dommage d’ajouter à votre pathologie un déséquilibre supplémentaire.

Quels sont les symptômes de la dysbiose ? 

Lorsque l’équilibre du microbiote intestinal est rompu, on appelle cela une dysbiose. De nombreux symptômes peuvent alors apparaître :

  • Des reflux gastro-oesophagiens ;
  • Une mauvaise haleine ;
  • Des troubles psychiques (fatigue, maux de tête, anxiété, insomnie, envie de sucre, dépression, etc.) ;
  • De l’acné, voire psoriasis ;
  • Des allergies (cutanées, alimentaires ou asthme) ;
  • Cystite, vulvo-vaginite chez les femmes ;
  • Les pathologies auto-immunes comme l’arthrite, la polyarthrite, la spondylarthrite, la tendinite, la thyroïdite, la pancréatite, le lupus, l’eczéma grave dit « atopique », la migraine ;
  • Perte de libido ;
  • Syndrome prémenstruel, endométriose ;
  • Infertilité masculine ;
  • Ces symptômes peuvent être associés à d’autres pathologies intestinales comme la maladie de Crohn, la recto-colite hémorragique, le syndrome de l’intestin irritable, etc.

L’intestin est notre deuxième cerveau, il contient environ 200 millions de neurones et communique avec le système nerveux central. De nombreuses études ont démontré un lien entre un déséquilibre du microbiote et de nombreuses pathologies. Quand le cerveau va mal, le corps ne fonctionne plus correctement et la plupart des pathologies existantes peuvent apparaître, il en est de même pour ce deuxième cerveau.

Quelles sont les causes de la dysbiose ?

Ce déséquilibre peut apparaître pour de multiples raisons, beaucoup d’études sur le sujet sont encore en cours. Cependant, nous pouvons citer comme raisons principales et connues aujourd’hui :

  • Une mauvaise alimentation ;
  • L’absence de mastication ;
  • L’alcool et le tabac ;
  • Une consommation trop fréquente d’anti-inflammatoires ou d’aspirine à forte dose ;
  • Un stress chronique, souvent associé à un manque d’activité physique régulière ;
  • Un syndrome dit « d’ischémie reperfusion » ;
  • La prise d’un probiotique non adapté ;
  • Les infections chroniques à levures et champignons comme les candidoses : elles sont d’ailleurs à la fois conséquence et cause de la dysbiose ;
  • La maladie cœliaque ;
  • La prise de médicaments (notamment les antibiotiques) ;
  • Les infections virales, bactériennes et parasitaires ;
  • Les suites de maladies infectieuses intestinales comme les fameuses « gastro-entérites » épidémiques ;
  • Un déficit immunitaire ;
  • Diverses pathologies ;
  • Un changement brutal d’environnement ou d’alimentation ;
  • Une naissance par césarienne.

Cela fait beaucoup de causes possibles, mais n’oubliez pas qu’il est important de trouver la cause de sa dysbiose pour mieux la traiter par la suite.

Récapitulatif pour profiter des bienfaits d’une cure de probiotiques !

Résumons la marche à suivre pour commencer à prendre des probiotiques correctement :

  1. Choisir des probiotiques reconnus pour leur efficacité auprès de la communauté scientifique. Attention, certaines études sont financées par les laboratoires eux-mêmes.
  2. Consommer des prébiotiques en même temps que vos probiotiques. Cela permettra d’augmenter leur efficacité.
  3. Suivre un programme strict pour commencer et tenir un journal permettant d’observer les réactions aux probiotiques consommés ou utilisez notre application mobile. Augmenter les doses au fur et à mesure en cas de résultats positifs.

Ne vous précipitez pas pour acheter un produit qui n’a pas de valeur scientifique, vous prenez le risque de vous faire du mal, à vous et à votre portefeuille. Choisissez un probiotique possédant plusieurs souches bactériennes avec une date de péremption et un emballage adapté « enrobage entérique » pour avoir la certitude de consommer un bon produit.

Diminuez vos symptômes du côlon irritable en 6 semaines

Information à savoir sur la prise de probiotiques 

Les allégations nutritionnelles de santé portant sur les probiotiques reposent actuellement sur un nombre insuffisant d’analyses statistiques. Les études montrent que si les probiotiques semblent effectivement utiles en cas de déficit du microbiote intestinal, ils n’ont que très peu ou pas d’intérêt lorsque ce microbiote est déjà bien constitué.

Ce défaut de preuve a conduit l’Autorité européenne de sécurité des aliments à discréditer, fin 2009, toutes les allégations telles que « renforce l’immunité », « aide l’organisme à se défendre », « active la santé », « équilibre la flore intestinale », mentionnées sur les produits enrichis en probiotiques.

En bref, si vous n’avez pas de pathologie particulière (intestin irritable, troubles intestinaux chroniques ou autres maladies en lien avec votre microbiote), ne prenez pas de probiotiques, au risque de chambouler l’équilibre de votre microbiote intestinal.

Bibliographie, sources et études scientifiques

Systematic review of randomised controlled trials: Probiotics for functional constipation
National Center for Biotechnology Information, U.S. National Library of Medicine [consulté le 18 mars 2019]

Probiotics for treatment of acute diarrhoea in children: randomised clinical trial of five different preparations
The BMJ [consulté le 18 mars 2019]

Probiotics for the prevention of pediatric antibiotic-associated diarrhea.
National Library of medicine [consulté le 18 mars 2019]

Meta-analysis of probiotics for the prevention of traveler’s diarrhea.
National Library of medicine [consulté le 18 mars 2019]

Randomised clinical trial: Bifidobacterium bifidum MIMBb75 significantly alleviates irritable bowel syndrome and improves quality of life –– a double‐blind, placebo‐controlled study
Wiley online Library [consulté le 18 mars 2019]

Meta-analysis: targeting the intestinal microbiota in prophylaxis for post-operative Crohn’s disease
Center for Inflammatory Bowel Disease [consulté le 18 mars 2019]

Effect of fermented milk-based probiotic preparations on Helicobacterpylori eradication: a systematic review and meta-analysis of randomized-controlled trials
European Journal of Gastroenterology & Hepatology [consulté le 18 mars 2019]

Randomised clinical trial: Bifidobacterium bifidum MIMBb75 significantly alleviates irritable bowel syndrome and improves quality of life –– a double‐blind, placebo‐controlled study
Wiley online Library [consulté le 18 mars 2019]

Effect of fermented milk-based probiotic preparations on Helicobacterpylori eradication: a systematic review and meta-analysis of randomized-controlled trials
European Journal of Gastroenterology & Hepatology [consulté le 18 mars 2019]

Meta‐Analysis: Lactobacillus Containing Quadruple Therapy Versus Standard Triple First‐Line Therapy for Helicobacter pyloriEradication
Wiley online Library [consulté le 18 mars 2019]

Probiotics and prevention of atopic disease: 4-year follow-up of a randomised placebo-controlled trial
The Lancet [consulté le 18 mars 2019]

Probiotics for the treatment of eczema: a systematic review.
National Library of medicine [consulté le 18 mars 2019]

Probiotics for the treatment of eczema: a systematic review.
National Library of medicine [consulté le 18 mars 2019]

Contribution of Gut Microbiota to Colonic and Extracolonic Cancer Development
Karger [consulté le 18 mars 2019]

The effects of antimicrobial therapy on bacterial vaginosis in non-pregnant women.
National Library of medicine [consulté le 18 mars 2019]

Effects of symbiotic preparations on constipated irritable bowel syndrome symptoms.
National Library of medicine [consulté le 05 avril 2019]

Clinical trial: multispecies probiotic supplementation alleviates the symptoms of irritable bowel syndrome and stabilizes intestinal microbiota.
National Library of medicine [consulté le 05 avril 2019]

A randomized double-blind placebo-controlled trial of Lactobacillus GG for abdominal pain disorders in children.
National Library of medicine [consulté le 05 avril 2019]

Prescript-assist probiotic-prebiotic treatment for irritable bowel syndrome: an open-label, partially controlled, 1-year extension of a previously published controlled clinical trial.
National Library of medicine [consulté le 05 avril 2019]

Effect of a fermented milk containing Bifidobacterium animalis DN-173 010 on the health-related quality of life and symptoms in irritable bowel syndrome in adults in primary care: a multicentre, randomized, double-blind, controlled trial.
National Library of medicine[consulté le 05 avril 2019]

The role of probiotics in management of irritable bowel syndrome.
National Library of medicine[consulté le 05 avril 2019]

The efficacy of probiotics in the treatment of irritable bowel syndrome: a systematic review.
National Library of medicine [consulté le 05 avril 2019]

Efficacy of probiotics in irritable bowel syndrome: a meta-analysis of randomized, controlled trials.
National Library of medicine [consulté le 05 avril 2019]

Meta-analysis of probiotics for the treatment of irritable bowel syndrome.
National Library of medicine [consulté le 05 avril 2019]

Effect of Lactobacillus on body weight and body fat in overweight subjects: a systematic review of randomized controlled clinical trials.
National Library of medicine [consulté le 08 avril 2019]

Effect of Lactobacillus gasseri BNR17 on Overweight and Obese Adults: A Randomized, Double-Blind Clinical Trial
Étude National Center for Biotechnology Information [consulté le 08 avril 2019]

Regulation of abdominal adiposity by probiotics (Lactobacillus gasseri SBT2055) in adults with obese tendencies in a randomized controlled trial.
National Library of medicine [consulté le
08 avril 2019]

Effects of 28-day Bifidobacterium animalis subsp. lactis HN019 supplementation on colonic transit time and gastrointestinal symptoms in adults with functional constipation: A double-blind, randomized, placebo-controlled, and dose-ranging trial.
National Library of medicine [consulté le 08 avril 2019]

Systematic review of randomised controlled trials: probiotics for functional constipation.
National Library of medicine [consulté le 08 avril 2019]

Meta-analysis of probiotics for the prevention of traveler’s diarrhea.
National Library of medicine [consulté le 08 avril 2019]

Meta-analysis of probiotics for the prevention of antibiotic associated diarrhea and the treatment of Clostridium difficile disease.
National Library of medicine [consulté le 08 avril 2019]

Meta-analysis: the effect of probiotic administration on antibiotic-associated diarrhoea.
National Library of medicine [consulté le 08 avril 2019]

Probiotics in prevention of antibiotic associated diarrhoea: meta-analysis.
National Library of medicine [consulté le 08 avril 2019]

Inhibition of Helicobacter pylori Infection in Humans by Lactobacillus reuteri ATCC 55730 and Effect on Eradication Therapy: A Pilot Study
Wiley Online Library [consulté le 08 avril 2019]

Diminuez vos symptômes digestifs