Comment diminuer les flatulences liées au syndrome de l’intestin irritable ?

Ballonements-et-gaz-excessifs-côlon-irritable
De nombreuses personnes atteintes du syndrome de l'intestin irritable souffrent d'excès de gaz. Cela peut être une source majeure d'embarras et d'inconfort. Le stress qui en résulte génère très souvent un impact négatif sur la qualité de vie et la productivité. Nous allons voir dans cet article comment diminuer les gaz liés à ce syndrome.

Table des matières

Quelles sont les causes d’un excès d’émission de gaz ?

Il est normal que vous ayez des flatulences 13 à 21 fois par jour. Il est également normal d’avoir des éructations occasionnelles pendant et après les repas. Vous devez en parler à votre médecin si ces gaz vous gênent ou changent soudainement, ou si vous présentez également d’autres symptômes semblables à ceux du syndrome du côlon irritable.

La quantité de gaz que vous produisez dépend de votre alimentation et d’autres facteurs individuels. Ils en existent deux sources principales :

L’ingestion d’air

Il est normal d’avaler une petite quantité d’air en mangeant et en buvant. Néanmoins, certaines habitudes augmentent cette ingestion :

  • Manger rapidement ;
  • Boire de façon importante ;
  • Mâcher un chewing-gum ;
  • Fumer.

Les éructations éliminent la plus grande partie de l’air, mais une petite quantité peut passer de l’estomac à l’intestin grêle.

Production bactérienne

Votre côlon contient des bactéries qui permettent la fabrication de selles saines. Cependant, certains glucides (sucres, amidons et fibres) ne sont pas complètement digérés dans le tube digestif. Ces aliments doivent être décomposés par les bactéries coliques. Au cours de ce processus, ces bactéries produisent des gaz inodores comme le dioxyde de carbone et le méthane, ainsi que de petites quantités de composants malodorants comme le soufre.

Pourquoi le syndrome du côlon irritable provoque-t-il un excès de gaz ?

De nombreux patients atteints du côlon irritable ont l’impression d’avoir trop de flatulences ou d’éructer trop fréquemment. En réalité, la plupart des personnes gênées par ces troubles n’ont en fait pas plus de gaz dans l’intestin que la normale. Cet inconfort viendrait du fait qu’elles soient plus sensibles aux quantités dites normales de gaz. Le terme médical pour cette sensibilité accrue est « hyperalgésie viscérale ». L’hyperalgésie est une douleur anormalement amplifiée suscitée par un stimulus douloureux.

Nous ne savons pas encore pourquoi le côlon irritable provoque une sensibilité accrue des gaz dans les intestins. Une théorie démontre que les nerfs qui transmettent les messages de l’intestin sont hyperactifs chez ces patients. Cela rend ainsi les quantités normales de gaz plus douloureuses. Certains sujets se sentent donc mieux avec la prise de médicaments diminuant la perception de la douleur dans les intestins.

Diminuez vos symptômes du côlon irritable en 6 semaines

L’autre hypothèse est que le côlon irritable provoque des intolérances alimentaires plus graves. De nombreux aliments aggravent les symptômes de ballonnements en particulier ceux qui contiennent des glucides spécifiques appelés FODMAP (oligo-, di- et monosaccharides fermentables et polyols). Les FODMAP sont présents dans le blé, l’orge, le lait et certains fruits et légumes.

Comment traite-t-on un excès de gaz ?

Il existe de nombreux traitements contre l’excès de gaz. Pour identifier celui qui est le plus efficace pour vous, un certain temps peut être nécessaire. Il est donc utile de communiquer régulièrement avec votre professionnel de santé au sujet de vos symptômes et des facteurs de stress. Utiliser un journal quotidien pour surveiller votre alimentation et vos selles est également un moyen d’identifier les aliments qui peuvent déclencher des gaz excessifs.

Le premier traitement consiste à modifier votre régime alimentaire pour éviter les aliments qui aggravent ces troubles digestifs. Si vous souhaitez écarter certains aliments, parlez-en à un professionnel de santé agréé (diététicien/nutritionniste) ; il pourra vous donner des conseils sur ce qu’il faut limiter et sur la manière de s’alimenter afin d’éviter toutes carences.

De nombreuses personnes atteintes du côlon irritable réagissent bien à un régime alimentaire pauvre en FODMAP. Votre professionnel de santé peut donc vous recommander ce type de régime. Voici quelques exemples d’aliments à forte teneur en FODMAP :

  • Céréales : blé, seigle et orge ;
  • Fruits : pommes, abricots, mûres, cerises, dattes, pamplemousses, mangues, poires et pastèques ;
  • Légumes : artichauts, asperges, choux-fleurs, ail, poireaux, champignons et oignons ;
  • Produits laitiers : lait de coco, crème glacée, lait, fromage, lait de soja et yaourt ;
  • Protéines : haricots, légumineuses et viandes transformées ;
  • Boissons : sodas et jus à haute teneur en fructose.

Cependant, une éviction prolongée de FODMAP n’est pas recommandée. Votre professionnel de santé peut donc méthodiquement réintroduire ces aliments dans votre alimentation afin de déterminer ceux que vous pouvez tolérer. Cela permettra de créer un régime personnalisé à faible teneur en FODMAP qui vous conviendra.

Il existe également des médicaments en vente libre qui peuvent réduire les gaz. Les produits qui contiennent de la siméticone[efn_note]La siméticone est une silicone utilisée dans les pansements gastriques favorisant l’évacuation des gaz intestinaux. Elle associe le diméticone et la silice.[/efn_note] (comme certains antiacides)[efn_note]Les médicaments antiacides ou les topiques antiacides sont des produits à base de sels d’aluminium et de magnésium, qui ont la propriété de diminuer l’acidité gastrique par leur pouvoir tampon et neutralisant.[/efn_note] Ils sont largement utilisés pour soulager les gaz. Les produits qui contiennent du charbon actif sont aussi intéressants pour réduire les ballonnements.

Il existe également de nombreux médicaments sur ordonnance qui peuvent diminuer les gaz du côlon irritable. Ils ne sont généralement recommandés que si les modifications du régime alimentaire ne sont pas efficaces. Parfois, les probiotiques et les antibiotiques sont aussi utiles.

Pour en savoir plus sur les probiotiques, découvrez notre article dédié à ce sujet : Les probiotiques, bons ou mauvais ?

Le traitement est généralement plus efficace lorsqu’il est associé à une modification du régime alimentaire et du mode de vie, à de l’exercice physique et à des traitements médicamenteux.

Diminuez vos symptômes digestifs en 6 semaines

Bibliographie, sources et études scientifiques

Symptoms & Causes of Gas in the Digestive Tract
NIH [consulté le 13 janvier 2021]

Gas and gas pains
MAYO CLINIC [consulté le 13 janvier 2021]

Irritable Bowel Syndrome (IBS)
Medspace [consulté le 13 janvier 2021]

Evidence-based and mechanistic insights into exclusion diets for IBS
National Center for Biotechnology Information [consulté le 13 janvier 2021]

Régime pauvre en FODMAP pour le syndrome du côlon irritable: ce que nous savons et ce que nous devons encore apprendre
National Center for Biotechnology Information [consulté le 13 janvier 2021]

L'équipe rédactrice Guty

Nos articles sont écrits et validés par des médecins, des diététiciens, des psychologues et des chercheurs qui vous aident à comprendre facilement les troubles gastro-intestinaux. Toutes les informations présentes dans nos articles sont référencées scientifiquement.

Diminuez vos symptômes digestifs