fbpx

Le syndrome de l’intestin irritable est-il lié à une allergie alimentaire ?

Allergies-alimentaires-et-syndrome-de-l'intestin-irritable
Vous pouvez associer vos symptômes dus à votre syndrome de l'intestin irritable aux aliments que vous mangez, vous pouvez même vous demander si vous êtes allergique à un aliment en particulier. Dans cet article vous découvrirez ce que sont réellement les allergies alimentaires et leurs liens avec le syndrome de l'intestin irritable.

Table des matières

Qu’est-ce qu’une allergie alimentaire ?

Une personne est considérée comme sujette à une allergie alimentaire lorsque son système immunitaire réagit à une substance alimentaire normalement considérée comme inoffensive. Une allergie alimentaire implique un anticorps appelé immunoglobuline E (IgE) 1 Bien que sa présence dans le corps ne soit pas testée de manière systématique, cet anticorps peut être mesuré par un test sanguin.

L’allergie alimentaire est une maladie assez rare, qui n’affecte que 4 % des adultes. On estime que la prévalence des allergies alimentaires chez les enfants varie de 6 à 8 %.

Quels sont les symptômes d’une allergie alimentaire ?

Les effets d’une allergie alimentaire se produisent généralement dans les deux heures qui suivent la consommation de l’aliment déclencheur.

Les symptômes d’une allergie alimentaire sont les suivants :

  • Démangeaisons ;
  • Respiration sifflante ;
  • Gonflement des lèvres ;
  • Irritation de la gorge ;
  • Difficulté à respirer.

Certains symptômes d’une allergie alimentaire peuvent être de nature gastro-intestinale :

  • Douleurs abdominales ;
  • Diarrhée ;
  • Nausées ;
  • Vomissements.

Y a-t-il un lien entre les allergies alimentaires et le syndrome du côlon irritable ?

Il n’y a pas de preuve sûre du rôle des allergies alimentaires vis-à-vis du syndrome du côlon irritable (SCI).

Cependant, il existe une association entre les deux affections chez les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable et de l’atopie2. Les personnes atteintes d’Atopie ont tendance à produire des IgE en réaction à des déclencheurs environnementaux tels que la poussière ou le pollen, et éventuellement des allergènes alimentaires. Ces personnes ont tendance à souffrir de symptômes « classiques » que nous associons aux allergies, telles que l’asthme, l’eczéma (dermatite atopique) et le rhume des foins (rhinite allergique).

À savoir : les études sur le lien entre le syndrome de l’intestin irritable et la maladie atopique ne sont rendues qu’à un stade très préliminaire.

Diminuez vos symptômes digestifs en 6 semaines

Les tests d’allergie alimentaire sont-ils fiables ?

Les tests d’allergie alimentaire pour le syndrome du côlon irritable sont souvent axés sur une autre classe d’anticorps – les anticorps IgG.7. La précision et la pertinence des tests qui mesurent les IgG dans le sang ne sont pas si claires, ce qui signifie que les tests pour ces anticorps peuvent ne pas être significatifs. En cas de doute, consultez votre médecin.

Qu’en est-il de l’intolérance alimentaire ?

Une intolérance alimentaire signifie que votre corps réagit à certains aliments, mais que cette réaction n’est pas une réaction allergique aux IgE8.

Lors d’études, plusieurs aliments ont été identifiés comme des facteurs potentiels contribuant à des symptômes digestifs indésirables chez un sous-ensemble de personnes atteintes du syndrome du côlon irritable :

Outre le groupe d’aliments ci-dessus, il existe d’autres aliments connus pour déclencher des symptômes semblables à ceux du syndrome du côlon irritable sans pour autant que la science ne puisse le confirmer. Les estimations concernant l’impact de l’élimination de ces aliments varient d’une étude à l’autre. Si l’on considère l’ensemble des études, le blé, le lait et les œufs sont les produits le plus souvent identifiés comme étant problématiques.

Comment identifier un aliment auquel je suis allergique ?

La meilleure façon de savoir si un aliment vous cause une allergie est d’utiliser un régime d’élimination. Cela implique de suivre ce que vous mangez, comment vous vous sentez et tout autre facteur contributif possible dans un journal alimentaire.

Pour ce faire, vous devez éliminer un type d’aliment pendant un certain temps afin d’observer l’effet sur vos symptômes. Si vous constatez une amélioration de vos symptômes, vous avez peut-être identifié une sensibilité.

Il est essentiel de réintroduire l’aliment pour confirmer que c’est son élimination qui a amélioré vos symptômes, et non un autre facteur. Vous devez donc veiller à ne pas éliminer inutilement de votre alimentation des aliments sains qui ne déclenchent pas réellement vos symptômes ; cela pourrait vous exposer à des carences nutritionnelles.

Bibliographie, sources et études scientifiques

  1. Claudia M. Lopez; Siva Naga S. Yarrarapu; Magda D. Mendez. – Food Allergies – StatPearls – MAJ Avril 2021
  2. Benjamin L. Wright, MD,1,2 Madeline Walkner, BS,3 Brian P. Vickery, MD,1 and Ruchi S. Gupta, MD, MPH-  Clinical Management of Food Allergy – PMID: 26456440- HSS – Septembre 2015
  3. Pasquale Mansueto 1Alberto D’Alcamo 1Aurelio Seidita 1Antonio Carroccio 1Food allergy in irritable bowel syndrome: The case of non-celiac wheat sensitivityPMID: 26109796 – World J Gastroenterol – Juin 2015
  4. Simon F. Thomsen* – Epidemiology and natural history of atopic diseases – PMID: 26557262 – Eur Clin Respir J. – 2015
Diminuez vos symptômes digestifs